Le Crapaud commun

 Le réveil, pour lui, a lieu à la fin février ou début mars. Après une hivernation de plus de 4 mois, il n’a qu’une idée : se reproduire. Buté et obstiné, il se rend droit sur sa mare natale. Il ne se nourrit pas et aucun obstacle ne lui fait peur. Heureusement toutefois que des hommes ont prévu de l’aider pour passer une grande route meurtrière. Filets de protection, capture et transport éviteront un grand carnage. Tentez l’expérience si vous trouvez ainsi un de ces reproducteurs sur son chemin : faites-lui faire un demi-tour à 180° et vous le verrez, tout de suite, se retourner pour reprendre la bonne direction. Ses moyens de navigations n’ont pas encore livrés tous leurs secrets.
Déjà, en cours de route, des mâles ont repéré une femelle et sont en accouplement, en position dite d’amplexus : les pattes avant serrant la femelle aux aisselles. Bien accrochés, ces petits malins se feront transportés jusqu’au plan d’eau ; ils ont déjà retenu leur place ! Sur le site de ponte c’est l’orgie. Les femelles ne sont matures que tous les deux ans, alors que les mâles sont actifs tous les ans. Associé aux aléas de la dynamique de population, cet état de chose donne, en général, une femelle pour 5 à 7 mâles sur le site de ponte. C’est la cohue, plusieurs mâles s’accrochent souvent sur une seule femelle et il n’est pas rare que celle-ci se noie. Quinze jours plus tard, la ponte est finie et les crapauds quittent la mare pour tout le reste de l’année.
Les œufs sont expulsés sous forme d’un double cordon de deux mètres. L’expulsion se fait par fragments de 20 à 30 cm que le mâle féconde au fur et à mesure. Les pontes sont abandonnées, accrochées à la végétation. Les petits têtards, tout noir, sortiront quelques semaines plus tard. Ils se développeront en deux ou trois mois et, fin juin, subiront une métamorphose tout à fait comparable à celle de la chenille pour devenir petit crapelet et quitter définitivement l’eau. Ils auront un monde terrestre à découvrir et ne viendront pondre, là où ils sont nés, qu’à leur deuxième ou troisième année. La boucle est bouclée !

 

La vidéo a été tournée dans un lac vosgien qui offre l’énorme avantage d’avoir des eaux très claires permettant de belles vues subaquatiques.